le forum de BOFACADEMY

Télé réalité, Star ac, Nouvelle Star, Koh Lanta, Secret story, Pékin express, Ferme célébrités, X factor, Sports...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesFakesConnexion

Partagez | 
 

 La revue de presse X FACTOR

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: La revue de presse X FACTOR   Dim 27 Sep 2009 - 20:19

TVMag vous propose de visionner les répétitions de X-Factor, le télé-crochet très populaire outre-manche débarque le 28 septembre prochain dès 20h35 sur W9.




http://www.tvmag.com/programme-tv/article/divertissement/47186/x-factor-les-repetitions.html

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Dim 27 Sep 2009 - 20:23

X Factor débarque sur W9

Une nouvelle émission de télécrochet débarque sur les écrans français. Présenté par Alexandre Devoise, X Factor, qui a révélé Leona Lewis, sera diffusé sur w9 à partir du 28 septembre.

X factor : chez un chanteur, le petit truc en plus qui fait la différence
Après Star Academy et Nouvelle Star, une nouvelle émission de télé-crochet, X Factor, sera diffusé sur w9 à partir du 28 septembre. Présenté par Alexandre Devoise, cette émission est tout simplement l’adaptation de l’émission britannique. Pour cette première édition, le jury sera composé de Marc Cerrone, Julie Zenatti et Alain Lanty.

Cette émission est ouverte à tous les candidats à partir de 16 ans et des groupes peuvent s’y présenter. Dans la lignée de Pop Idol (Nouvelle Star en France), X Factor est une émission de télé-crochet britannique, et surtout la plus grande compétition du genre en Europe, avec 200 000 auditions lors de la quatrième saison. Steve Brookstein, Shayne Ward, Leona Lewis, Leon Jackson et Alexandra Burke sont les 5 derniers gagnants de la version britannique. On ne présente plus Leona Lewis, et sachez qu’Alexandra Burke est numéro 1 du hit parade anglais avec sa reprise de Hallelujah de Leonard Cohen. Un programme extrêmement populaire outre-manche, la finale de la saison 3 cumulant plus de 8 millions de votes et 12,6 millions de téléspectateurs.

Diverses versions de The X Factor ont fait leur apparition dans bon nombre d’autres pays. Pour les trois premières saisons, la compétition était découpée en trois catégories : les groupes/duos, les chanteurs solo de 16 à 24 ans, les chanteurs solo de 25 ans et plus. Pour la quatrième saison, l’âge limite a été descendu de 16 à 14 ans, créant ainsi un groupe pour les 14–24 ans. Divisé en deux en séparant les garçons des filles, il y a désormais quatre groupes au total : les garçons de 14 à 24 ans, les filles de 14 à 24 ans, les 25 et plus, et les groupes.

Ces émissions de télé-crochet, si elles ont leurs détracteurs, ont tout de même permis de découvrir de nombreux talents. En France, on peut citer pèle-mêle Christophe Willem, Jennifer, Nolwen Leroy, Julien Doré. Ajoutons aussi Leona Lewis, issue justement de X Factor, et plus récemment, le phénomène mondial Susan Boyle (Britain’s got talent), qui est déjà numéro 1 des ventes alors que la sortie d’I dreamed a dream est prévue pour le 24 novembre. Les sites internet croulent sous les pré-réservations.

C’est tout le mal que l’on peut souhaiter à W9 pour la première française de X Factor. Espérons que W9 nous gratifiera tout de même de quelques casseroles, c’est toujours sympa de voir qu’il y a pire que soi-même. Découvrez dans cette vidéo ce que nous réserve cette première saison française, avec en Guest « Mémé Loubard », « Le Belge » ou encore le « Pacha ».

http://www.actualite-de-stars.com/people/091414580-x-factor-debarque-sur-w9.html

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Dim 27 Sep 2009 - 20:27

X-Factor : un ancien de la Star Ac' fait un scandale aux castings... De qui s'agit-il ?


Hier soir, une poignée de journalistes privilégiés étaient conviés à venir découvrir en exclusivité le premier numéro de l'émission X-Factor qui sera diffusé sur W9, lundi soir en prime time.

Ce nouveau programme, largement inspiré de la Nouvelle Star, est un succès outre-Manche, puisqu'il a révélé Leona Lewis qui a, par la suite, entamé une carrière internationale et vendu plus de 6 millions d'albums.

Une chose est sûre, X-Factor nous réserve bon nombre de surprises... Nous avons notamment eu le plaisir de revoir un visage qui nous était familier... Rapide description : il est chauve (non, ce n'est pas Mr Propre !), il a fait la Star Ac' saison 1 (qui a vu triompher Jenifer), il est professeur de chorale... Une idée ? Mais oui, c'est François ! L'inépuisable recalé de la télé-réalité a retenté sa chance dans X-Factor après avoir perdu à la Star Academy, puis avoir été recalé à Incroyable talent : rien ne l'arrête...

Selon nos confrères de Tele7.fr, sa participation à cette nouvelle émission n'est pas plus fructueuse que les précédentes... Pire, François, venu avec une trentaine de choristes appartenant à son groupe, finit par piquer une colère quand les choses ne se passent pas exactement comme il l'entendait.
Le jury, composé de Alain Lanty, Julie Zenatti et Marc Cerrone - ces deux derniers étaient les invités du 6/9 d'NRJ ce matin pour évoquer ce nouveau programme - n'a pas épargné François et sa bande... Une séquence anthologique à découvrir dans le premier épisode de X-Factor, lundi, sur W9.
Mais reconnaissons qu'il se donne du mal pour et avec sa chorale, et il faut lui rendre hommage pour ça.


http://www.popeater.fr/article/X-Factor-un-ancien-de-la-Star/156660

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Dim 27 Sep 2009 - 20:29

Julie Zenatti : Un retour en grâce... romanesque pour la jurée d'X Factor !

Onze ans après sa révélation fulgurante au grand public dans le rôle de la délicate Fleur-de-Lys de la comédie musicale Notre-Dame de Paris, Julie Zenatti sera au centre de l'actualité musicale de cette fin d'année 2009.

Les accros aux programmes générateurs de stars seront heureux de la retrouver dès la fin du mois de septembre au sein du jury qui évaluera les prestations des candidats du télé-crochet X-Factor - et, au vu des premiers castings, elle pourrait souffrir un peu...

Parallèlement, Julie Zenatti met la dernière main à son cinquième album studio, successeur à La Boîte de Pandore, attendu pour la fin de l'année.

Petit écran, disquaires et... librairies : voilà en effet le troisième lieu stratégique où vous pourrez retrouver la production de l'artiste, qui s'apprête à publier le 12 novembre prochain son premier ouvrage. Ne vous fiez pas à son titre en trompe-l'oeil : si Le Journal de Julie Z (Editions du Marque-Pages) mettre sur la piste d'une autobiographie ou d'une auto-fiction, il est pourtant annoncé comme étant un roman. Bon, un journal intime romancé, dira-t-on, au regard des extraits que nous vous proposons ci-après.

"Certaines histoires s'écrivent avec la vie qui passe, d'autres se font happer par leur destinée", indique l'éditeur en matière d'accroche. "13 août 1998. " C'est la vie qui veut ça ", chantent les Native... et moi j'ai à peine 17 ans. Dans mon sac un devoir sur Électre, qui me casse la tête, et L'École du micro d'argent* pour bible dans mon discman. La musique ? Un passe-temps entre place Blanche et Pigalle, personne ne rêve Star Ac à cette époque. Dans quelques semaines j'embarque sur un " paquebot " qui va chambouler totalement mon existence en me mettant sur les routes et les scènes d'une vie étrange pour les dix années à venir. Je ne suis pas vraiment ce qu'on appelle un " amateur " dans le métier. J'ai eu mon premier contrat d'artiste à 13 ans et même Lenny Kravitz aux commandes de mes premiers titres, mais rien n'est jamais sorti car juste après j'avais décidé que je ne voulais plus être chanteuse. Et puis il y eut ce quiproquo d'audition avec Luc Plamondon et ce rôle offert sur un plateau... Il est 17 heures, je prends le métro place de Clichy jusqu'au Palais des congrès, porte Maillot. J'ai rendez-vous pour la première répétition de... Notre-Dame de Paris.

10 octobre 2008. 20 h 45. Je suis un peu sur les dents, c'est le " grand soir ". Christophe Maé, lui, chante à tue-tête On s'attache à la radio, et moi je ne trouve pas de place pour me garer. Paris me rend folle ! Tant pis je me gare au coin de la rue des Pyrénées, j'aurai un PV, comme d'habitude. J'arrive devant la porte de chez Danièle, avec dans les mains un gros bouquet de fleurs. D'un coup j'espère qu'il ne ressemble pas à un bouquet d'enterrement ! Danièle Molko est ma manageuse de l'époque et surtout mon amie. C'est avec elle que j'ai organisé tout ça, et maintenant j'ai le trac. Elle m'ouvre la porte, j'ai juste le temps d'enlever mon manteau et je les aperçois. Ils sont tous là ou presque, les complices, les " stars " du début de ma vie " d'adulte " : Garou, Fiori, Ségara, Pelletier, Lavoie, Mervil, celui qui m'appelle sa " tite fleur ", monsieur Plamondon et moi, la Zenatti. Il manque juste Richard Cocciante, mais on va tellement parler de lui durant cette soirée que ses oreilles vont sûrement siffler. Y a des rides et des larmes, certains ont fait un très long voyage, d'autres un petit effort. Merde, c'est notre anniversaire ! *Album du groupe de rap IAM, sorti en 1997."

La suite bientôt.

http://www.purepeople.com/article/julie-zenatti-un-retour-en-grace-romanesque-pour-la-juree-d-x-factor_a40109/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 29 Sep 2009 - 7:02

X-Factor : Une grande première poussive, sauvée par... Mémé Loubard et les autres phénomènes !


X-Factor, première ! Le télé-crochet qui révéla outre-Manche Leona Lewis et Alexandra Burke continue à s'exporter de façon endémique, et, inédit en France, faisait ses débuts ce 28 septembre sur W9.

Le facteur inédix

X comme le grand saut dans l'inconnu ; X comme l'inconnue de l'équation de ce nouveau show générateur de stars, qui va devoir trouver sa place dans la panoplie audiovisuelle du genre déjà bien étoffée ; X comme le chromosome magiquement mélomane qui se fait désirer ; X comme la croix au sol, tremplin salvateur ou marquage destructeur, sur laquelle viennent se placer (ou s'écraser) les x candidats désireux de quitter l'anonymat ; X comme... devraient être classées les performances de certains des candidats. Et ce n'est finalement pas pour rien que, pour son crucial premier prime, X-Factor choisit de débuter par... un bêtisier. Manière de détendre d'emblée l'atmosphère, tout en valorisant la facette casting ouvert à tous - c'est-à-dire à n'importe qui ? Manière encore de magnifier, par contraste, les passages au-dessus de la moyenne ? Sans doute pas la meilleure entrée en matière, et probablement pas du meilleur augure pour cette première partie des auditions parisiennes.

Après un bref récapitulatif du principe du programme, dispensé par le maître de cérémonie Alexandre Devoise , qui déambule dans la foule des aspirants version casting sauvage, un préambule emphatique au son de Carmina Burana nous rappelle que la nouveauté du soir a fait l'objet d'un large battage médiatique centré autour de son caractère inédit et différencié. Mouais, wait and see. D'autant que les étourdissantes mesures de la cantate de Carl Orff sont vite relayées par le jingle électro-pop dans l'air du temps de l'émission. Niveau identité de marque, on repassera.

Point positif : on ne tarde pas à entrer dans le vif du sujet. Le brelan d'as qui compose le jury a tout juste quelques secondes pour donner la température. A chacun sa spécialité : Julie Zenatti sera sensible aux histoires personnelles, le compositeur Alain Lanty à la technique et à l'inventivité, Marc Cerrone au feeling et à l'audace. Pour eux aussi, l'enjeu est grand, tant la Nouvelle Star, programme de la même famille et propriété du même groupe (M6), a imposé sa formule archétypale d'un jury aux caractères bien tranchés...

Le facteur comix

C'est donc par le trou de serrure d'un bêtisier qu'on entre dans ce nouveau show télé... Un hors d'oeuvre déstabilisant qui laisse accroire que le vrai dilemme, au bout du compte, a été de réussir à repérer quelques candidats dans la masse. Et attention : un bêtisier édition de luxe, pas un medley qui nous laisserait sur notre faim. Crystal est la première à préjuger qu'elle a en elle le fameux facteur X. C'est vrai que cet Elvis de chapelle de Las Vegas au féminin, qui doit tout (selon elle) à "Bahbwa", pardon, excusez l'accent : Barbra Streisand, a quelque chose. On ne le nommera ni X, ni autrement (ou alors : testostérone et ego en cocktail dans un shaker en cuir). Son rêve fou ? Oh, allez, elle peut bien nous l'avouer : devenir la nouvelle Brigitte Bardot. Façon Kurt Russell, sans doute. Une évidence. Et lorsque Crystal entonne du Johnny, voilà l'occasion du premier bon mot de l'excellentissime Alain Lanty : "Johnny se retourne dans ses tongs". C'est non (ah bon ?). Pourtant, Crystal n'en démord pas : "J'ai la technique américaine, celle de Barbra Streisand, qu'utilise aussi Céline", se rengorge-t-elle en prenant congé de ce jury d'incompétents.

Plus tard, la jeune Shaïma (17 ans) décroche, sans pourtant prouver beaucoup, son ticket pour le deuxième tour. Une salve de candidats évincés en quelques secondes nous aide à percevoir que le jury souffre beaucoup et savoure peu. Julie Zenatti s'illustre à son tour, face à Grégoire : "Tu ouvres trop la bouche, on voit ta glotte. C'est gênant".

Le facteur mix

Une bonne surprise surgit enfin d'un trio improbablement formé dans la file d'attente : si cette association de dernière minute tourne à la cacophonie douce, Aïda se démarque. Malgré son prénom, elle ne chante pas d'opéra, mais sa version de Jimmy, de Moriarty, guitare en bandoulière, est effectivement séduisante en diable. Oui pour belle. Ouf, une demi-heure d'émission pour être témoins d'un peu de musique... Peu après, un autre trio, moins improvisé, passe ce premier tour : Character Soul, trois divas qui crient, mais crient mélodiquement, ensemble, passent l'épreuve - même si le jury commence déjà à déchanter une fois que les filles passent la porte, leur sésame en poche.

Par la suite, hélas, les "personnages" continueront à prendre le pas sur les chanteurs. Ainsi, on ne goûtera que quelques secondes de la reprise acoustique de Raisonne, d'Aston Villa, par un certain François, qui aurait mérité plus de temps d'antenne. Idem pour la cover rugueuse et alléchante de Here come the rain again (Eurythmics) par un garçon grisonnant, celle de Highway to hell par une demoiselle à la Pink, le passage d'une country girl convaincante prénommée Cathy, ou encore celui d'un groupe de musique vocale (The Rêveurs) épatant sur l'inénarrable Stand by me.

En revanche, on passe un "bon" (enfin... long) bout de temps avec l'insipide Francky Fashion mal fagoté et allumé, qui analyse son élimination en estimant qu'il devait être "trop impressionnant" pour le jury.

Le facteur rixe

Au rayon du spectacle, évidemment, deux catégories ne tardent pas à s'affirmer dans la sélection. Premièrement, les clashes : François, l'ex-staracadémicien démasqué, se voit trop beau avec une chorale sans relief - il avait sans doute trop misé sur la quantité, au détriment de vous savez quoi. Une chorale sans chanteur, sans leader, sans idées, c'est un peu comme le H de Hawaï - ça sert à rien. François, à la première critique, s'enflamme et part en fumée : il fait un scandale, les insultes fusent, et Cerrone demande avec humeur (un peu) et humour (surtout) à être raccompagné par un service de sécurité à la fin de la journée. Autre prise de tête, celle de Julie Zenatti avec le duo limite autiste Gauthier Dymon & Co : deux gentils fumistes infoutus d'accorder leurs guitares pour une cover étonnante de Born to be alive, las, tellement bâclée... "Irrespectueux de la musique", dixit Cerrone, ils reviendront au prochain tour malgré la rancune de Julie. Une bonne blague.

Le facteur britannix

Deuxièmement : l'inévitable syndrome Susan Boyle. C'est la grande mode, et on débusque immanquablement dans la salle d'attente une ex-comédienne, Fanny, devenue SDF. Malgré ses problèmes de justesse, sa diction par instants horripilante, sa mâchoire hyper serrée (analyse de Zenatti), elle passe, grâce à Alain Lanty qui a eu le coup de coeur pour sa voix "nature". Il est vrai qu'après avoir entendu tant de truqueurs, ça se remarque. Commentaire très nuancé de la voix off : la vie de Fanny vient de changer. Ben voyons...

Le facteur musix (enfin)
Attention, couchez les gosses : Mémé Loubard, from Bruxelles, septante-deux balais, vient de débarquer. Attachante. Une composition originale incroyable inspirée par son petit-fils pour une histoire vraie très biker-like, avec du tatouage, du cambouis et des biscotos. On est scotchés tant cette voix de jazz intense, fascinante, musclée et belle au final se saisit de vous. C'est fort logiquement, pour son second extrait, que Claudine, alias Mémé Loubard, a choisi Nougaro. Armstrong en flamand. Les jurés sont indécis, déstabilisés par ce personnage trucukent, adorable et tellement atypique. L'intéressée, elle, se voit déjà au tour suivant : "ben vous m'faites entrer en moto, en Harley". Ce premier vrai dilemme sera enfin arbitré par Julie Zenatti : c'est oui. Ca y est : X-Factor tient sa Susan Boyle, en mille fois plus attachante. "Faire des concours à mon âge, quand même", s'amuse l'impayable mamie en récupérant son pass bien mérité. Dans un style proche, Robert, papy belge de 70 ans qui s'est échauffé avec quelques imitations de Louis de Funès, n'aura pas autant de réussite. Un chanteur, un cabot. Un artiste de music-hall. Un peu trop. "Je n'ai rien à vous apprendre", déplore Julie Zenatti. Exit, Robert.

Jean-Yves, jardinier dans la Meuse, fait ensuite son apparition. Un quadra rustique qui se transforme en SevyNaej (verlan de son prénom) sur le plateau du télé-crochet. La transformation ne concerne pas que le patronyme : le "mec rugueux", improbable en redingote bleu électrique, surprend son monde avec une reprise de feu, rugissante et rythmée, de Mirza, de Nino Ferrer. Enthousiasmant ! C'est OK pour lui, ce qui nous offre la séquence émotion du soir, lorsqu'il rejoint sa femme et leur fille pour des larmes d'une sincérité rafraîchissante. Un joli moment pas truqué.

Pour le quatuor érudit Basilic, c'est gagné en deux mesures de Tutti Frutti, le génialissime standard de Little Richard. Puis, les Beatles en musique vocale : Alain Lanty, T-Shirt du Fab Four sur les épaules, est sur l'Olympe. Nice, guys !

Marie, enfin. La petite Marie, 17 ans à peine. Petit gabarit, puissant organe. Ca, c'est vraiment toi a capella, il faut en envoyer. Sur Zombie, des Cranberries, malgré des couplets au placement un peu bas pour sa tessiture, Marie fait preuve d'une belle qualité d'appropriation et de liberté sur le refrain. "Allez ranger vote chambre", taquine Cerrone en lui remettant son sésame pour la suite, tandis qu'Alain Lanty, encore subjugué, laisse filer "Marie pleine de grâce".

Le facteur n'est pas passé...

Le meilleur était donc globalement pour la fin, même si Alain Lanty demeure jusqu'au bout circonspect : "On a des filons, mais pas de pépites. Mais on a des filons".

Un constat à l'image de celui qu'on doit dresser après cette première soirée classée X : promu avec le bénéfice produit audiovisuel d'être révolutionnaire, X-Factor laisse une décevante sensation de déjà vu. Et revu. Scénographie conventionnelle, mise en scène qui ne l'est pas moins (élans euphoriques, déceptions et larmes, insolites, le tout habillé comme il se doit, selon les circonstances, par des guitares mièvres, des ballades, ou des morceaux explosifs), manque de rythme flagrant, et bien peu de place pour... le dévoilement du facteur X. On ne peut qu'espérer que le second volet des sélections parisiennes, lundi prochain, fasse décoller la formule. En attendant le coaching des jurés, et les épisodes en live, afin que ce pogramme né sous X trouve son identité. D'ici-là, on se repasse en boucle la trop courte seconde de déhanché d'Alain Lanty, avant d'aller retrouver son look-alike sur une chaîne concurrente - le docteur House.

http://www.purepeople.com/article/x-factor-une-grande-premiere-poussive-sauvee-par-meme-loubard-et-les-autres-phenomenes_a40849/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 29 Sep 2009 - 20:34

Réactualisation de 14h40 : Regardez les prestations des concurrents les plus exceptionnels ! Les débuts sont un peu décevants pour cette première émission en terme d'audiences. Ce ne sont qu'un peu moins de 600.000 téléspectateurs pour 2,3 % de PDM qui ont été réunis. Le directeur général de la chaîne aurait adoré faire 1 million de personnes. Peut-être quand l'émission sera en direct ?


http://www.purepeople.com/article/x-factor-une-grande-premiere-sauvee-par-meme-loubard-et-les-autres-phenomenes-a-regarder-reactualise_a40849/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 29 Sep 2009 - 20:54

CONCEPT


UN CONCOURS DE CHANT OUVERT A TOUS !
X Factor est le premier concours de chant ouvert à tous les chanteurs de 16 à 99 ans : qu’ils chantent seuls ou à plusieurs, en famille ou entre amis, et ce, quel que soit leur univers ou style musical !
Le but de ce concours est de trouver le nouveau talent de la chanson française.
Un gagnant remportera un contrat avec une maison de disque pour l’enregistrement d’un album.

UN CARTON PLANETAIRE
Véritable phénomène mondial, l’émission a déjà été adaptée dans 14 pays : Royaume-Uni, Russie, Espagne, Italie, Australie, Pays-Bas, Belgique, Colombie, Danemark, Grèce, Irlande, Arabie Saoudite, République Tchèque et Turquie.
X Factor est le programme de divertissement de la décennie en Angleterre. Diffusé sur la chaine ITV, il bat tous les records d’audience. La saison 5 a attiré en moyenne 9.9 M de téléspectateurs. Il s’agit également du programme le plus performant en audience au Danemark et au Pays-Bas en 2008.

LES AUDITIONS EN France ET EN Belgique : 15 000 CANDIDATS
Lille, Lyon, Nancy, Nice, Toulouse, Bruxelles, Marseille, Rennes et Paris ont accueilli X Factor. Au total, plus de 15 000 candidats se sont présentés aux auditions.

COMMENT VA SE PASSER L’ÉMISSION ?

ÉTAPE 1 : LES AUDITIONS
Parmi les 15 000 candidats qui se sont présentés aux auditions dans 9 villes de France et Belgique, une centaine d’entre eux sont sélectionnés par le jury pour la deuxième étape.

ÉTAPE 2 : LES EPREUVES DE PERFECTIONNEMENT
La centaine de candidats est convoquée dans une grande maison près de Paris et est classée en
3 catégories :
- Les 16-24 ans
- Les 25 ans et +
- Les groupes

Une nouvelle épreuve est organisée, à l’issue de laquelle une trentaine de candidats est choisie par le jury pour continuer l’aventure. A ce stade de la compétition, chaque membre du jury se voit attribuer une catégorie.

ÉTAPE 3 : LE COACHING
Chaque juré coache les candidats de sa catégorie. Après plusieurs épreuves, il désigne seul les meilleurs pour se produire en direct.

ÉTAPE 4 : LES DIRECTS
Tous les candidats, conseillés par leur coach, interprètent un titre en direct sur le plateau de l’émission. Les téléspectateurs votent, par téléphone et par sms, pour leur candidat préféré mais ce sont les membres du jury qui décident, parmi les deux qui auront eu le moins de votes, qui doit rester dans l’aventure.
En revanche, lors de la finale, ce seront les téléspectateurs, et eux seuls, qui désigneront le vainqueur. Sur certains directs, des invités de renommées internationales viendront sur le plateau.

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mer 30 Sep 2009 - 10:34

Julie Zenatti revient sur les castings de l’émission


Tony Cotte : Au vu du premier épisode de X-Factor, quelles sont vos impressions ?

Julie Zenatti : Je suis contente de nous en tant que jury. On voit que l’on prend notre mission de façon détendue et comme il se doit. L’enjeu de ce télé-crochet est explicite, mais la musique reste avant tout une passion. Il est inutile de tout prendre trop au sérieux, il faut savoir aussi être fun et, je pense, que les téléspectateurs le remarqueront vite.

Tony Cotte : Toutes les images sont-elles représentatives de ce que vous avez vécu lors des auditions ?

Julie Zenatti : Ce qui transpire entre nous est parfaitement représenté à l’écran, je suis vraiment satisfaite du montage. C’est vrai, dès le premier épisode, on voit beaucoup de candidats « marrants », mais les vraies « casseroles », comme il est coutume de les appeler, doivent représenter 10% des candidats venus se présenter à nous. Nous avons souvent été touchés pas des artistes talentueux, des personnalités très fortes, mais aussi des purs diamants.

Tony Cotte : Certains ont-ils essayé de chanter l’un de vos titres pour vous toucher ?

Julie Zenatti : C’est arrivé et je dois avouer que c’est perturbant. J’existe grâce aux gens qui sont face à moi. Dans ces cas-là, je redeviens Julie la chanteuse présentée à son public et je ne peux pas être objective. Peut-être que stratégiquement certains pensaient avoir mon vote dans la poche en s’attaquant à mon répertoire ? Mais je doute que cela soit le cas pour la majorité...

Tony Cotte : « Julie la chanteuse » a-t-elle hésité avant d’accepter de participer en tant que jurée à X-Factor ?

Julie Zenatti : J’avoue, j’ai un peu hésité, mais sans prendre en compte ma carrière. Je me suis demandée à plusieurs reprises si j’avais réellement les capacités pour être à cette place. Il ne faut pas oublier que c’est en premier lieu une émission de télévision et ce n’est pas mon métier.

Tony Cotte : L’objet principal de vos doutes était-il l’aspect télévisuel ou la légitimité à juger des artistes en herbe ?

Julie Zenatti : Je me suis interrogée. Dans quelle mesure puis-je juger les gens ? Finalement, je l’ai fait comme si j’allais à la Fnac acheter un disque, soit comme une spectatrice et une auditrice lambda.

Tony Cotte : Dans X-Factor, chaque membre du jury a pour mission de coacher des groupes pour préparer les futurs finalistes lors des prime-time. Une auditrice lambda peut-elle réellement le faire ?

Julie Zenatti : Ma période de coaching n’a pas encore débuté (l’interview a été réalisée 48 heures avant le début de cette épreuve, ndlr). J’appréhende, je dois prendre des décisions. Je vais faire venir deux de mes musiciens pour aider les candidats à travailler et pour sélectionner les finalistes avant les performances en direct.

Tony Cotte : Votre maison de disques vous a-t-elle encouragé à signer pour cette émission en vue d’une sortie d’album pendant la diffusion ?

Julie Zenatti : Non, mon album est déjà terminé, mais ne sortira qu’au mois de février prochain. Par contre, j’ai un livre intitulé Le journal de Julie Z qui sera disponible en novembre et dans lequel j’évoque mes débuts avant et avec Notre dame de Paris.



http://www.toutelatele.com/article.php3?id_article=19904

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mer 30 Sep 2009 - 23:58


~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Jeu 1 Oct 2009 - 21:53

Vidéo X Factor : casseroles en série...

Une dernière vidéo d'X Factor concernant l'émission diffusée le 28/09 (les précédentes sur http://www.leblogtvnews.com/archive-09-29-2009.html ) avec une série de fausses notes...


La queue qui fait "piou piou ah" de René, Rodrigue qui ouvre "super grand" la bouche, la version massacre à la tronçonneuse de Brel par Patrick ou encore Agnès et son one-woman show...


Dans la deuxième vidéo, aperçu du contenu de lundi prochain.


http://www.leblogtvnews.com/article-36649086.html

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 5 Oct 2009 - 23:34

X-Factor : Julie Zenatti se fait draguer, Alain Lanty se fait subjuguer, et Marc Cerrone se fait... détester !


Aura-t-on droit à la même compilation de sketches et de caricatures que la semaine passée ? Lorsque X-Factor, volume 2 s'ouvre, ce lundi 5 octobre, l'attente est grande (ou pas) et fébrile (anxieuse, même). Sept jours auparavant, le tout premier prime de ce télé-crochet annoncé à corps et à cris inédit avait accouché d'une souris. Heureusement, une mémé belge, un jardinier de la Meuse et une lycéenne un rien braillarde avait sauvé l'émission de la morosité globale. Histoire de rappeler la spécificité de ce concours de chant : il est "ouvert à tous".

Quelques minutes avant l'entame de ce second prime, toujours consacré au casting parisien, on a droit à un saupoudrage au Basilic, ce groupe de jeunes artistes érudits (cours Florent, musico, conservatoire, etc.) qui, après une reprise de Tutti Frutti, avait livré une cover a cappella de belle facture de Eleanor Rigby des Beatles, pour l'un des rares bons moments de musique du premier prime.

Pas de panique pour les retardataires : ceux qui ont loupé le premier numéro ont droit au même (long) générique de présentation du jury et du concept. Quant à ceux qui l'ont déjà vu, ils peuvent tranquillement finir leur Flanby (pour les moins de 12 ans), leur Gervita (pour les plus de 77 ans), leur Danacol (pour ceux sujets au cholestérol) ou anticiper l'inévitable pause pipi (mais ils ne seront pas dispensés des deux pages pubs ultérieures pour autant).

Rassurez-vous d'emblée : ce second épisode sera moins mollasson que son prédécesseur. Plus rythmé, avec plus de candidats, et plus de répliques cultes du jury. D'autant que : "On va serrer un peu la vis", dixit Julie Zenatti, qui n'avait déjà pas hésité à envoyer et à clasher au premier numéro.

Nicole, 50 ans, première candidate télévisée, veut absolument chanter Stauhn. Non pas Stone (Starmania), mais Stauhn - l'état dans lequel elle devait être lorsqu'elle s'est inscrite. Avec une tête encore plus improbable que Susan Boyle, on imagine déjà la plus grosse des surprises. Ben non. Et surtout, là, pas de miracle : Nicole hurle faux. Point. Jury gêné, les oreilles en sang. Bref, comme la semaine dernière, on débute par un sketch. Le concours de chant en prend encore un coup. Nicole est en plus mythomane ; en sortant, à Alexandre Devoise : "ils m'ont dit 'on est subjugués, on n'a rien à vous apporter'." Tiens, c'est marrant, ces propos du jury avaient dû être coupés au montage...

Vient ensuite Aurélie, jeune femme de 23 ans, au physique TRES imposant : après l'avoir découverte en reportage interprétant la chanson qui révéla... Susan Boyle, on la voit convaincante quoique hyper stressée sur La Mémoire d'Abraham de Céline Dion. Julie Zenatti la fait mettre genou au sol, pour raisons techniques. Alain Lanty, qui avait promis de casser du candidat, donne suite à cett eposture de soumission en... mettant son veto. Mais Cerrone et Zenatti, pourtant pas extatiques, disent oui. Sa copine Cécile, venue de Metz, passe à l'unanimité sur Couleur Café, grâce à son timbre particulier et à un bon choix de répertoire.

Rino, "jeune homme" de 80 ans, un ancien danseur étoile, qui chante en mémoire de feue son épouse (chanteuse d'opérette) séduit Alain Lanty par son dynamisme. Trois oui ? Oui, trois oui. La séduction du pépé avec une chanson de son cru façon Maurice Chevallier a fonctionné. Certes, c'est un grand-père comme on aimerait tous en avoir un, mais bon... "J'sais pas s'il est venu en auto, Rino", lâche Alain Lanty, décidément boosté par ce papy tonique !

Intermède : Julie Zenatti se fait draguer et rembarre à tours de bras. "J'suis pas morte de faim", balance-t-elle à un prétendant insistant et prétentieux. Guillaume, un jeune homme de 22 ans très grimaçant et dont chacun appréciera le talent (?), réussit pourtant à la subjuguer, et à accéder au tour suivant.

Un duo un peu fatiguant (Angélique et Ben) passe ensuite in extremis, puis Alexandre, qui a convaincu son monde en chantant à mort sur l'air puis en voix de tête (cela s'appelle de l'imitation, pas du chant, si vous voulez notre opinion...) sur En apesanteur de Calogero.

Hop, un p'tit coup de caricature : Alexandre, Angélique et Ben voient un duo d'amis se faire recaler par un jury quasi insensible. Ben oui, c'est l'jeu ma pauv' Lucette (déjà qu'on voit mal ce qu'ils vont faire avec leurs nombreux présélectionnés, alors inutile de charger la mule). Les larmes coulent : c'est le bon moment pour sortir Lost de Coldplay en bande originale : "Just because I'm losing/Doesn't mean I'm lost". Snif.

Aïcha et Alexandra, un duo quadra complémentaire se lâche avec gouaille et scat sur Ma première guitare de Sacha Distel, en hommage à Django Reinhardt. Gouailleur et anachronique. Julie Zenatti, à vif, les défend bec et ongles... et extirpe un oui d'Alain Lanty. La tension monte au sein du jury, mais aussi du tandem caractériel. Pas pour longtemps, évidemment.

Cette fois (la prod' a-t-elle lu le compte-rendu de Purepeople la semaine dernière ?), le bêtisier intervient au milieu de l'émission. C'est déjà un peu plus intelligent. Séquence fous rires pour le jury. Moment de détente pour ceux qui n'ont pas zappé.

9-7, le duo des Antilles : des copains venus séparément qui se sont retrouvés dans la file d'attente et ont décidé de participer ensemble, avec le standard des Five Satin, In the steel of the night. Une cover moderne et "solaire" pour reprendre le terme d'Alain Lanty. Ah, ça donne la pêche ! L'effet Boyz II Men fait mouche : trois "yes" enthousiastes. 'llright, boyz : 9-7 in da place !

Fin des auditions parisiennes. On souffle en suivant les aventures du jury en transit vers Marseille, où l'attendent deux jours d'auditions. Ibrahima, un jeune Sénégalais, joue la carte "brassage ethnique et culturel", assortie d'un très joli discours, et se présente avec un instrument traditionnel : sa transe (il finit en nage) très musicale a mis Alain Lanty en extase... Et voici que Cerrone sort son joker, celui qu'il utilise toujours quand il est embêté : "on n'a rien à t'apprendre". "Ce mec-là ne laisserait personne indifférent", martèle Alain. Le jury s'embrouille, et Julie tranche : c'est oui.

Les Lyonnais de White Niggaz proposent ensuite une compo - un rap qui tourne à la musique vocale. En empruntant aux Black Eyed Peas (Let's get it started), ils livrent leur potentiel. C'est bon pour eux ! Ah oui, séquence émotion : ballade gonflante pour accompagner les larmes de bonheur, certes, mais surtout de Jean, au bord de l'abandon de famille à force de passer son temps au studio à faire de la musique, qui appelle sa femme pour la bonne nouvelle.

Marc Cerrone fait du petit bois : le méchant du jury se fait un devoir de compenser l'ouverture d'esprit et la clémence de ses acolytes. "Marc, la bête", le nomme Julie. Medley de ses vannes les plus cinglantes - dès qu'on a la vidéo, on vous en fait profiter.

Sandra, une mère célibataire manifestement dopée, passe en répondant à la question piège du jury quand il est indécis : "Es-tu prête à faire des efforts ?" Ouah, trop dur. Nous, nous aurions perdu, en répondant un flasque : "bon, ben j'sais pas..." Mais Sandra, même si elle est incapable de s'arrêter une demi-seconde pour écouter quand quelqu'un lui parle, répond : "A fond !", ce qui lui vaut une place pour la suite. Impitoyables, ces sélections.

La fin du programme approche. Voyons, voyons, que manque-t-il ? Une chtite jeune ! Et voilà Anaïs, 16 ans. Evidemment, après avoir vaguement imité Amy Winehouse, elle continue l'aventure. Alain Lanty a même envie de composer pour elle. Mouais. Re-mouais.

Oh, pardon. On a failli oublier une composante essentielle pour que la distribution soit complète : la miséreuse du programme. Dany, 69 ans, "joue le restant de sa vie" (dont une partie consiste à chanter dans la rue pour avoir la pièce). Le jury a du mal à dire non, mais l'issue est scellée. Julie Zenatti impose un break pour aller craquer en coulisses. Confirmation des dispositions du jury : Marc Cerrone a déjà la tête au coaching (l'étape suivante, où les jurés encadreront les candidats), Julie Zenatti se laisse atteindre par l'histoire des gens qui se présentent, Alain Lanty se laisse atteindre par la technique et le feeling du moment.

Cathy, une maman touchante, clôt en se jetant dans les bras de son grand fiston après avoir obtenu le sésame la liste du jour de cette émission, qui, quoiqu'en progrès, a décidément bien du mal à créer sa marque et à échapper à la caricature.

Des cris, des larmes, des extra-terrestres et une reprise de Bohemian Rhapsody par un groupe de musique vocale déguisé en vendeurs d'encyclopédie... : rendez-vous la semaine prochaine !


http://www.purepeople.com/article/x-factor-julie-zenatti-se-fait-draguer-alain-lanty-se-fait-subjuguer-et-marc-cerrone-se-fait-detester_a41337/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Peste
Major de rang
avatar

Féminin Nombre de messages : 17811
Age : 24
Localisation : Ailleurs Land
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 5 Oct 2009 - 23:37

Cool un truc soporifique !!!! ri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paqui
fouette les galériens
avatar

Féminin Nombre de messages : 8417
Localisation : nimes
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 5 Oct 2009 - 23:48

personne d'inoubliable ce soir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 5 Oct 2009 - 23:52

@paqui a écrit:
personne d'inoubliable ce soir ?

Ibrahim .................mais ça ne vaut pas Aïda !!

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krisco
fouette les galériens
avatar

Féminin Nombre de messages : 5941
Age : 54
Localisation : Souillac
Date d'inscription : 14/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 5 Oct 2009 - 23:56

@paqui a écrit:
personne d'inoubliable ce soir ?

Moins bien que la 1ère Wink

Mais y'a de bons moments quand même ! :cheers:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 6 Oct 2009 - 14:55

Revenir en haut Aller en bas
Krisco
fouette les galériens
avatar

Féminin Nombre de messages : 5941
Age : 54
Localisation : Souillac
Date d'inscription : 14/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 6 Oct 2009 - 15:36

On va bientot pouvoir ouvrir un topik Audiences ! :yes:

Laughing Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 6 Oct 2009 - 16:52

Reactualisation du 6/10 : Confirmation de la légère embellie de ce second prime toujours consacré aux castings, X-Factor a attiré hier soir quelque 800 000 téléspectateurs (2,9% de part d'audience), soit 200 000 de plus qu'en première semaine. L'horizon du million qui était envisagé par la direction de W9 commence à prendre forme. En attendant de découvrir le cocktail de candidats de lundi prochain, nous vous proposons de revoir quelques-uns des temps forts de ce deuxième épisode en vidéo.

http://www.purepeople.com/article/x-factor-julie-zenatti-se-fait-draguer-alain-lanty-se-fait-subjuguer-et-marc-cerrone-se-fait-detester-voyez-les-moments-forts-reactualise_a41337/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Sam 10 Oct 2009 - 16:00

Julie Zenatti : Découvrez un extrait du nouveau single de la jurée de X Factor

Pour Julie Zenatti, dans la vie, il vaut mieux toujours faire d'une pierre deux coups...

La jolie chanteuse française, qu'on avait découvert il y a environ onze ans en tant que Fleur de Lys, dans la magnifique comédie musicale Notre Dame de Paris, est depuis peu, revenue sur le devant de la scène dans un rôle inattendu, celui de jury dans le télé-crochet X-Factor aux côtés de Marc Cerrone et Alain Lanty , diffusé sur W9.

Et pour profiter de cette médiatisation au maximum - elle aurait tort de s'en priver, elle a une voix magnifique -, la demoiselle qui est aujourd'hui âgée de 28 ans, prépare non seulement la sortie d'un livre intitulé Le Journal de Julie Z (disponible dès le 12 novembre prochain aux Editions du Marque-Pages), et dont nous vous avions déjà annoncé la sortie, mais aussi et surtout le lancement de son nouvel album, le cinquième (qui porte le même nom que son livre) et qui succèdera à La Boîte de Pandore.

Pour les adeptes de l'artiste découvrez sans plus attendre un petit morceau de ce qui vous attend prochainement dans les bacs ! Pour écouter, cliquez ici.


http://www.purepeople.com/article/julie-zenatti-decouvrez-un-extrait-du-nouveau-single-de-la-juree-de-x-factor_a41690/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Lun 12 Oct 2009 - 23:42

X-Factor : Frissons avec la benjamine et la doyenne, fou rire avec LE candidat casserole du programme et... le meilleur pour la fin .


Un coup de Carmina Burana à la sauce guitare électrique, un reportage sur la formule post-castings qu'il nous tarde d'atteindre, avec émissions live et coaching par nos trois jurés Marc Cerrone, Julie Zenatti et Alain Lanty : pour sa troisième soirée française, le télé-crochet X-Factor veut monter en puissance, après une première poussive et un second épisode qui a exacerbé les diverses facettes du jury.

Plan d'ensemble sur le port de Marseille, histoire de rappeler que, découpage très logique, on reprend le fil de X-Factor... au milieu des castings dans la cité phocéenne, dont le premier volet a été présenté la semaine passée.

Jordan, 16 ans, laisse son beau-père en salle d'attente pour aller se risquer avec une version a cappella de Thousand Miles de Vanessa Carlton. Une voix "à la mode" (de la famille des James Morrison, Jason Mraz, Daniel Powter). Deuxième essai avec A la faveur de l'automne de Tété, version... pré-pendaison. De l'air, de la plainte. Alain Lanty n'en revient pas d'avoir affaire à tant de jeunesse et de tristesse à la fois. Conte toute attente, ça... passe. Même Alain est content que ses collègues aient finalement bravé son "non". Yanis, beau-père du jeune homme, passe ensuite avec L'Hymne à l'amour. Une interprétation très... musclée, très "tiquée", très Johnny-like (ben oui : "Rock", hurle son T-Shirt) : "oui, mais c'est ma voix", revendique Yanis. "Ouais, c'est Johnny qui vous a copié", plaisante (à moitié seulement) Julie Zenatti. C'est le premier mélo de la soirée : le fiston continue, le papa à l'orgueil blessé repart avec sa pizza...

Barbara, 37 ans, a le profil type de la maman moderne qui ne veut pas sacrifier ses passions à l'autel de la vie familiale. Jolie version de Down on my knees - la litanie pleureuse d'Ayo - qui ne lui permet cependant pas de convaincre les deux hommes du jury. Grâce à Julie Zenatti, elle a droit à un deuxième round, et choisit le hit de Radiohead, Creep : des attaques toujours miaulantes, mais de belles finales de notes, veloutées, consistantes et évanescentes à la fois, qui ajoutent à sa pureté : Alain Lanty l'admet, "Julie a eu raison", et ajoute finalement un oui. Ça passe.

Blane est, enfin, au troisième prime, le candidat casserole. Alain le parodie : on croirait un appel depuis un portable sous un tunnel. Vous vous souvenez du fameux Rachid des castings de Nouvelle Star ? Blane fait presque aussi bien/pire ! "J'suis pas un chanteur professionnel", "aujourd'hui c'est le style qui compte, les chanteuses à voix comme Céline Dion, ça ne marche plus" - c'est pourquoi il s'est présenté avec un superbe... maillot du Barça. Ça, c'est le style. Ne zappez pas : dans quelques heures, la vidéo : celui-là, il a tout pour se faire un bon petit buzz sur Internet !

On continue le tour des archétypes, avec Lucienne, la doyenne des castings (90 ans) un peu dure de la feuille. Entendant sa version de Mon manège à moi, Julie Zenatti se mord les lèvres et ses yeux s'embuent, Alain Lanty boit cet enchantement. Marc Cerrone, qui retrouve un peu de feue sa maman en Lucienne, affiche un non de raison : "Vous, vous chantez avec du bonheur, pas avec de la conviction", jugement corroboré par un Alain Lanty sous le charme qui se fend d'un baise-main. Très lucide, la mamie ne continue pas l'aventure, mais a réussi son tour de chant.

On ne vous en a jamais parlé mais on n'y résiste pas : première coupure pub, au cours de laquelle on croise, comme chaque semaine, André Manoukian, illustre juré de Nouvelle Star qui prête son image au Crédit Agricole avec la catchphrase "ça mérite un grand oui". Voilà qui ne va pas aider X-Factor à se différencier...

Paroles d'un soir : un groupe de six jeunes gens qui se trémoussent et manquent cruellement d'écoute (en quinze secondes, on constate que certains chantent faux...). Eh oui, les paroles s'envolent... Mais le dilemme ne fait que commencer : le jury décide de réauditionner le sextet... en version quatuor. Il faut éliminer deux filles, ce qui permet la première apparition de Nathalie Dupuy, coach vocale du programme. Et voilà zeu psychodrame : des larmes, une chanson qui va bien avec en bande son. Paroles d'un soir nous refait le coup de J'irai au bout de mes rêves en dansant d'un pied sur l'autre... Alain Lanty stigmatise "un manque harmonique". Paroles d'un soir récupère un oui et deux tiers scandaleux qui leur permet de continuer...

Allez, évacuons les tensions avec le bêtisier du soir. Que des champions : deux seniors, un massacreur de Beatles, une vocalisatrice à claquer, un pro de l'accent anglais et de la vanne goujate, une contraction (Domanessa, pour Dominique et Vanessa), Kamel Jackson (il chante tout en Michael Jackson)... Que des bons clients pour un "dîner" du mercredi soir (vous savez, ces repas où les fans de constructions en allumettes sont bienvenus...) !

Annie, 45 ans. Une femme impressionnante, une humoriste impressionnante,... une chanteuse impressionnante. Son interprétation Un Año De Amor, composée par Nino Ferrer et interprétée par Luz Casal pour Talons Aiguilles, d'Almodovar, fait logiquement grosse impression au jury : "J'ai l'impression qu'on va vous revoir beaucoup", lâche Marc Cerrone, qui plaisante, eu égard au gabarit et au profil garçon manqué d'Annie : "T'as envie de lui dire oui pour pas qu'elle te mette deux tartes. Elle te fait tourner, elle !" "L'habit ne fait pas le moine", ajoute Julie Zenatti tandis qu'Alain complète : "Ça fait du bien". Rendez-vous pour la suite est pris avec l'attachante Annie.

Petit medley des belles voix et des belles énergies féminines qui ont gagné leur sésame pour Paris lors de cette étape sur la Canebière. De bien jolies choses en perspective, dont l'aperçu est livré, pour une fois dans la production de l'émission, avec finesse. Un ultime panel qui sonne très Nouvelle Star, mais confirme l'embellie du télé-crochet de W9.

Josiane, une quadragénaire à la voix rongée et rongeante d'émotion, clôt la liste et fond en larmes en embrassant les jurés. Des choeurs lyriques en bande originale viennent mettre en scène la réelle émotion d'un jury tout bonnement estomaqué - là, ils ont vu le X-Factor.

On nous parle de la fin des castings et de la deuxième phase à Paris depuis longtemps, mais ce ne sera pas encore pour maintenant : après des castings, encore des castings. Direction la Bretagne et Rennes. "C'est assez rock, à mon avis Marc Cerrone vient d'ici et il ne le sait pas", s'amuse le Breton d'origine Alain Lanty, qui confirme son statut de trublion de la bande en lâchant une blague apparemment bien rôdée : "Tu sais pourquoi les Bretons sont tous frères ? Parce qu'ils ont Quimper".

Deuxième coupure pub : cette fois, c'est Afflelou et son nouveau single Next Year (+ chorégraphie) qui s'incrustent. Mais ce n'est pas un concours ouvert aux chanteurs de pub (sans quoi, Kad et O se seraient sûrement présentés). On reprend.

Egregor vocal, un groupe de musique vocale qui ambitionne seulement de faire reconnaître sa qualité de groupe "spécial", a préparé Bohemian Rhapsody a cappella. Rien que ça. On avait eu droit à quatre secondes dans la bande-annonce de la semaine dernière, et on en voulait plus. Vendu, du premier coup. Bravo.

Chantal, coiffeuse quinquagénaire, a droit à sa présentation officielle sur fond de square ensoleillé. De bon augure ? De manière improbable, elle propose Marcia Baïla. Et convainc avec son naturel rafraîchissant. Oh ben alors, encore des larmes. Mais ça ne va jamais finir. Ils perdent, ils pleurent ; ils gagnent, ils pleurent...

Sébastien, 26 ans. Signe caractéristique : chante perché dans les arbres et se prend pour un extra-terrestre. Baigne dans la musique au point d'avoir rencontré sa femme en karaoké. Ose passer avec Caruso. Une voix, certes, mais une identité indiscernable... Le jury va-t-il se laisser tenter (souvent, c'est oui) ? Un candidat béni pour exhiber l'horizon du "coaching" au deuxième tour. Dès que le mot est sorti, on devine la suite : c'est ok.

Attention, séquence carton rouge : la deuxième fournée de caricatures ambulantes est introduite au son de Partir un jour des 2Be3 (il y avait moyen de trouver autre chose, non ?). Un chanteur de Connemara, un reggaeton-man, la réincarnation (très, très loupée) de Joe Dassin (paix à son âme), une gothique en état de manque (mais difficile de savoir précisément de quoi, vu que c'est d'un peu de tout), un indestructible (il a décidé de chanter Brel en intégralité et ne comprend pas les signaux désespérés du jury), etc.

Arrivent ensuite le sympathique Mathieu et "son duvet, son fidèle destrier". Mathieu vit à la rue depuis 3 ans. Ah oui, le coup du SDF, un désormais classique de la télé réalité. Mais il faut équilibrer pour sauver la crédibilité : pour lui, c'est non. Mais... he'll be back, il l'affirme.

Lisa, 16 ans. "J'ai pas une si belle voix que ça". En fait, elle a bien une jolie voix. Mignonne. Très stressée, coincée dans les graves et les aigus, mais tellement gracieuse pour le reste. "J'ai les poils", lâche Julie Zenatti - ça veut dire qu'elle est touchée. "Le X-Factor, mon pote", résume Marc Cerrone pour expliquer à ses acolytes le fait que le jury a dit oui presque sans s'en rendre compte.

Ouf, les castings sont terminés. La deuxième phase débute enfin, dans un domaine à quelques kilomètres de Paris, où les présélectionnés sont légion (une centaine), une fois débarqués du bus. Répartis dans leurs catégories (moins de 25 ans, plus de 25 ans, groupes), ils auront deux jours pour passer une étape supplémentaire. La pression monte pour tout le monde. Le jury a annoncé qu'il sera beaucoup plus "intransigeant". Pas de "sentimentalisme", mais de la "vigilance". C'est qu'il faudra coacher tous ces X-Factor en germe, par la suite...

Nouveau décor (faux murs de grange avec éclairage lounge), nouvelle acoustique (réverbération d'une pièce de corps de ferme). Un avant-goût avec une candidate de la première session d'auditions nous laisse espérer des choses sympathiques, surtout lorsque, à son tour, la frêle Lisa de 16 ans et diminuée par une angine doit passer. Oui, mais ce ne sera que la semaine prochaine, puisque ce troisième prime s'achève sur... une bande-annonce de près de quatre minutes. Ben voyons. Pas sympa, cette escroquerie d'initiés. Au moins, l'effet teaser fonctionne : entre des candidats plus ou moins prometteurs et un jury devenu héros d'une série de télé réalité, dont on découvre qu'il va (enfin, est-on tenté de dire !) se déchirer sur le sort des talents en devenir (ou pas) - Alain Lanty juge ses compères fêlés et Julie Zenatti promet l'enfer -, le quatrième prime de X-Factor, le premier de l'ère post-auditions gaudriolesques, s'annonce plus palpitant. Il était peut-être temps.


http://www.purepeople.com/article/x-factor-frissons-avec-la-benjamine-et-la-doyenne-fou-rire-avec-le-candidat-casserole-du-programme-et-le-meilleur-pour-la-fin_a41830/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meve
Major de rang
avatar

Féminin Nombre de messages : 13876
Age : 41
Localisation : détécé
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 13 Oct 2009 - 7:29

pour les vieux j'arrrive à ma demander s'ils n'ont pas recruter à l'épicerie du coin au hasard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 13 Oct 2009 - 22:02

Troisième partie des castings de X Factor. Direction Marseille avant de prendre la direction de Rennes, dernière ville à accueillir les castings.


Pour cette deuxième journée à Marseille, rien de tel que de commencer en famille avec Jordan, 16 ans et Yanis son beau-père. Ils ne forment pas un duo, mais sont bien concurrents. Malheureusement pour eux, la concurrence n'a pas été longue: Jordan est sélectionné, Yanis non. C’est au tour de Barbara, 37 ans et maman de 4 enfants de se présenter devant le jury. Avec succès. Pour Fouad, par contre, l'aventure s'est arrêtée ce lundi soir: le jury n’a pas su découvrir son X-Factor. Lucienne, 90 ans, a sans aucun doute le facteur X mais cette doyenne de l’émission n’était pas vraiment prête pour la scène. Dommage.

> VIDEOS: VOIR LES MEILLEURS CASTINGS

Surprise avec le groupe « Parole d’un soir ». Ce groupe de 6 personnes s'est présenté une première fois et n' pas convaincu le jury. Pris d’un doute, celui-ci les a rappelés pour un deuxième passage. A une condition néanmoins: ils devaient se limiter à 4 membres. Le choix est difficile mais judicieux puisque le jury leur a donné le précieux sésame pour Paris.

Le jury n’est pas au bout de ses surprises à Marseille, avec ses bons et ses mauvais candidats. Parmi les bons, il faut retenir Annie, 45 ans, une voix puissante, et Josiane, 48 ans, qui chante Brel à merveille.
Rennes

Le groupe Egregor Vocal a donné le ton de cette dernière étape des castings. Rennes sera un bon crû: ce premier groupe est sélectionné. Et ils n'ont pas été pas les seuls: les rejoignent Chantal, Sébastien et Lisa, un petit bout de femme de 16 ans avec une fragilité dans la voix qui a touché Julie Zenatti au point de lui arracher quelques larmes.


La suite
Ils étaient 20.000 à se présenter aux castings de Bruxelles, Paris, Marseille, Lyon, Nancy, Toulouse, Nice et Lille. Ils ne sont désormais plus qu’une centaine pour la deuxième étape des sélections. A l'issue de celle-ci, il restera 30 finalistes qui seront répartis par catégorie: moins de 25 ans, plus de 25 ans et les groupes. Chaque membre du jury se verra attribuer une catégorie qu’il devra coacher. A la fin, il en restera 10 et parmi ces 10 derniers, le public n’en choisira qu’un seul, Le X-Factor !


4 videos

A 90 ans, Lucienne a séduit d'une certaine façon le jury, mais pas suffisament pour continuer


2ème chance pour Parole d'un soir, mais de 6 ils ne seront plus que 4 à Paris


Aller au bout de ses rêves...n'est pas toujours gagné, ou alors il faut changer de rêve


A 16 ans, Lisa a pu séduire le jury, et même prendre des larmes à Julie Zenatti.


http://www.rtlinfo.be/info/people/X-Factor/278165/x-factor-de-marseille-a-rennes-le-resume-de-l-emission#video

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 20 Oct 2009 - 0:35

X Factor : l'épreuve des éliminatoires

Lors de cette émission de X Factor diffusée ce soir sur W9, une centaine de candidats ont repassé une audition pour que le jury n'en sélectionne qu'une trentaine, une grosse dizaine dans les 3 catégories du jeu qui connaissent à présent leur coach respectif : Julie Zenatti va prendre en charge les -25ans, Alain Lanty va s'occuper des 25 ans et plus tandis les groupes échouent à Marc Cerron.

La semaine passées, les éliminatoires terminées, X Factor nous donnait un avant-goût de l'étape suivante : les éliminatoires. Mais alors que nous avions vu le début de la sélection des -25 ans, étonnamment, la suite diffusée ce soir nous a montré tout d'abord la sélection des groupes.
A l'issue des auditions qui se déroulent plus ou moins bien selon les groupes, le jury octroie des laisser-passer pour l'étape suivante des coachings après une longue délibération. Si pour les groupes Egregor vocal ou OG (Oumy et Giovanni), ça ne semble pas faire de doute pour la suite de X Factor , d'autres posent de lourds problèmes de conscience au jury comme les dilettantes Gauthier Dymon & Flo.
Au final, ont été sélectionnés : Preciously, Gauthier Dymon & Flo, Pauline et Margaux (Les Twice), Céline et Aude, Les Basilic, Les Sistaa, Caractère soul, 9.7, Oumy et Giovanni (OG), Egregor Vocal et les White Niggaz.
Vient ensuite le tour des +25 ans. Ils sont 33 à se présenter devant le jury, mais ils n'en retiennent que 13 au total au lieu des 12 prévus initialement. Effectivement, Le jury a tenu aà repêcher Ibrahima pour la suite in extremis ! Figurent donc parmi les qualifiés : Sébastien, Annie, Alexis, Yvonne, Barbara, Cécile, Fanny et Ibrahima. Nous n'avons pas vu la totalité des qualifiés.
Le groupe des -25 ans passent enfin. Une nouvelle fois les filles ont plutôt les faveurs du jury et sont qualifiés : Charlotte, Anaïs, Marie, Aurélie, Julie, François, Stéphanie, Lisa, Cyrielle et Guillaume. Un cas difficile se présente avec la jolie Aïda. Du talent, elle en a, mais voilà, la jeune fille travaille, et doit même partir avant la verdict du jury. Difficile de l'embarquer dans l'aventure X Factor tout en sachant qu'elle perdrait son travail... Nous ne saurons pas si elle fait partie des privilégier à suivre le coaching.
En effet, dès la semaine prochaine, les groupes seront pris en charge par un des membres du jury. Ainsi on apprend qe c'est Julie Zenatti qui va conduire les destinées des moins de 25 ans. Alain Lanty lui va gérer les 25 ans et plus. Enfin, c'est à Marc Cerrone qu'incombe la tâche de prendre en charge les groupes.
A l'issue des coachings, les jurés choisiront les 3 meilleurs .

http://tele.premiere.fr/News-Tele/X-Factor-l-epreuve-des-eliminatoires/(gid)/2089068

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mar 20 Oct 2009 - 0:41

Enfin un vrai coup de théâtre, la vérité sur l'avenir des jurés et... si peu de larmes

Ils partirent 15 000 aux castings préliminaires, ils arrivèrent 100 pour la phase 2 - une pure transition - du télé-crochet X-Factor. Répartis en trois catégories (moins de 25 ans, plus de 25 ans, groupes), ils ne seront plus que 36 (37, en fait) au bout de deux jours d'auditions supplémentaires, dans un domaine proche de Paris.

Allez, on se farcit nos quelques secondes rituelles de Carmina Burana version hard rock - en quelque sorte le top départ maison.

Marc Cerrone, un "maître Yoda" qui forme le X de X-Factor de ses bras courts, est déchaîné, "flamboyant" selon Alain Lanty, qui le prend sur ses genoux. Julie Zenatti est "d'humeur joueuse". Cela tombe bien : en fin de programme, ils connaîtront leurs attributions pour l'étape suivante - celle du coaching. Ca promet.

C'est parti pour un drame en trois actes et épilogue.

Acte I : Les groupes

Les deux gentils fumistes Gauthier Dymon & Co, qui s'étaient fait tailler à raison par Julie Zenatti, y retournent la fleur au fusil. Ca aussi, ça promet. Ghostbusters, sans les guitares désaccordées, mais avec des voix désaccordées (ah, la justesse, toute une philosophie... "ou pas", comme rétorqueraient ces deux garçons à la nonchalance prétentieuse - si au moins ils avaient vraiment du talent...). Prémonitoire ? Leur empreinte dans l'émission restera-t-elle fantômatique ? On vous dégoûte d'emblée : Pipo et Mario les melonnés seront encore là la semaine prochaine.
Le groupe Egregor Vocal qui nous avait scotchés avec sa version de Bohemian Rhapsody, réussit à frapper encore plus fort avec l'acoustique du lieu : La Boîte de Jazz a cappella met le jury... en boîte. Alain, Marc et Julie sont en manque de mots - et c'est éloquent. Bravo, bravissimo.
Les White niggers proposent ensuite une version difficile à comprendre harmoniquement, criarde et stéréotypée de Je te donne. On préférait encore les Worlds Apart. Premier grand moment de l'émission : tandis que les candidats ressortent en se faisant mousser ("on a tout donné"), le jury proclame la prestation sans intérêt... et rappelle le trio sur une intuition d'Alain Lanty. Deuxième chance : plus convaincant, mais Marc Cerrone fait de la résistance.

Deux girlsbands viennent ensuite. Céline et Aude, un duo "inédit" (pas vu lors des trois premiers épisodes) qui force sa reprise des Poppies. Julie Zenatti grimace, mais sourit devant le Don't let go proposé par les candidates suivantes, qui attaquent leur prestation avec une pose - caricaturales jusqu'au bout... Des clones des TLC, s'amuse Julie.
En présentant les Paroles d'un soir, Alexandre Devoise en perd son latin en voix off ("est-ce qu'ils vont-ils réussir ?"). Déjà juste aux présélections, cet ancien sextet devenu quatuor après avoir dû éliminer deux membres confirme ses limites...

Les passages s'enchaînent : beaucoup de puissance vocale (beaucoup de voix "blacks"), beaucoup d'interprétations truquées et peu de belles trouvailles pour l'heure.
Et voici venir les Basilic qui étaient parvenus à rallier le Beatlemaniaque Alain Lanty avec les Beatles (Eleanor Rigby). Ils récidivent dans l'inspiration rétro avec... les Beach Boys. Après avoir vu les TLC, Julie croit voir Evanescence. Mais c'est un bel arrangement... sauf que Marc Cerrone et Alain Lanty ont peur de paniquer face à de tels groupes : "On va en chier. Sur cette catégorie groupes, le niveau n'est pas haut, à part trois ou quatre", s'alarme le pianiste de renom. "C'est sensuellement néant", ce groupe, ajoute-t-il. Quelques minutes plus tard, pourtant, ils passent.

Les délibérations sont ardues, mais le trio finit par trouver un consensus. Ce montage de deux minutes donne du rythme. Les mlymphatiques "Pipo et Mario" continuent l'aventure - une grosse blague. Julie Zenatti, cruelle, fait ensuite un sketch pesant face à deux duos féminins, comme pour les envoyer à l'échaffaud alors que... c'est un oui. Les Egregor Vocal repartent avec le oui extatique d'un jury qui en ferait presque un complexe d'infériorité (sauf concernant les chemises ringardes des interprètes). Le premier non tombe enfin : c'est Paroles d'un soir qui en écope. C'est une des rares réponses négatives de la soirée : on a vraiment l'impression que tout le monde est pris... Mais où sont donc les perdants ?! Ah si enfin, la voilà, la séquence tire-larmes - escamotée en quelques instants !

Fin de la première journée, consacrée aux groupes.

N'allez pas vous coucher, on vous raconte la journée suivante aussi.


Acte II : Les plus de 25 ans.

On attaque à fort avec Josiane, qui avait tiré des larmes au jury. Son choix de chanson a une fois encore de quoi faire vibrer la corde sensible : la Serveuse Automate de Starmania. Sébastien, la voix de ténor rock au profil Patrick Fioriesque, ose sur L'Envie de Johnny : le jury trouve ça intéressant. Soit.

Annie, la Madone marseillaise qui avait hypnotisé son monde au tour précédent. Moins convaincante cette fois avec une La Isla Bonita de Madonna pas très juste et à l'anglais emprunté. Yvonne, qui avait paraît-il subjugué le jury à Paris, massacre un brin Somewhere over the rainbow avec une interprétation un peu datée et un anglais maltraité. Barbara en Balavoine fait montre d'une belle voix bien dense, tandis que Cécile et sa voix émaillée font également leur effet.

Notre super Sevyneaj (l'attachant et franc du collier Jean-Yves, le jardinier de la Meuse qui cherchait Mirza) fait son entrée. Il reprend de façon très clownesque le Hobo de Charlie Winston. Alexis se loupe sur Plastic Bertrand, mais fait forte impression en changeant de registre pour une grosse performance vocale (Avoir une fille). Mais attention : Alain Lanty est énervé de la fleur qu'ils lui ont faite.

Rino, le doyen, agrémente son C'est si bon de claquettes "apprises à New York", qui résonnent énormément compte tenu de la configuration du lieu. Quel showman, ce papy !

Ibrahima, le Sénégalais qui avait transcendé Alain Lanty et l'avait expédié au nirvana à Marseille avec son instrument traditionnel, fait un nouveau passage - les mains vides, cette fois. Mais l'âme chargée. Il s'essaye au Savoir aimer de Florent Pagny.

Nouvelles délibérations : les jurés bataillent, mais on n'en saisit pas toujours le fin mot. Verdict : Sébastien passe et vire mégalo ("j'atteins mon rêve. Moi, j'veux faire de la scène, donner de l'amour au public..." Ben voyons.). Si Josiane ne passe pas, la très attachante Annie et sa gouaille méridionale, si ("Marseille en place", lâche-t-elle avec humour). Des "non" en cascade sont expédiés bien vite dans un nouveau medley.

Marc Cerrone réutilise sur le sursitaire Alexis la vanne préférée (éculée, même) du jury : "On a décidé de vous dire non... Vous ne repartez pas, on vous garde. On va s'occuper de vous". Jean-Yves va retourner bêcher, pour sa part... De la même façon, on est déçus de voir des personnalités aussi atypiques que Rino et Ibrahima être renvoyées chez elles. C'est le jeu, ma pauvre Lucette. Mais c'est un jeu dont le brelan d'as détermine les règles : coup de théâtre, le lendemain, le diamant brut, est rappelé. Et confirmé pour la suite. Voilà un très beau moment, ah oui ! Eh oui, ça fait treize à table, enfin... : treize dans le groupe. Mais qu'importe, les jurés sont contents d'eux. Pour le coup, nous aussi , nous sommes contents d'eux.



Acte III : Les - de 25 ans.

Belle surprise d'entrée de jeu, avec Aurélie, malade lors des castings, très propre quoique un peu triste dans son interprétation de Aimer jusqu'à l'impossible de Tina Arena. Lisa, l'une des benjamines (16 ans) donne une version groovy-jazzy très étonnante du Qui de nous deux de Matthieu Chedid - de la pure grâce juvénile.

Anaïs, la soulwoman de 16 ans, prend Sexual Healing trop bas, mais... Autre type de voix (d'air et de voile), celle de Julie. Marie, une autre junior (17 ans) qui avait sidéré le jury, repasse : son choix s'est porté sur Crazy de Gnarls Barkley. Ambitieux, et séduisant. Et encore une fois, la puissance vocale de ce petit gabarit surprend. Mais si elle avait séduit la première fois, cette fois, elle fait péter un câble à Julie Zenatti, peu claire mais vraiment énervée après cette prestation manquant de nuances et d'interprétation.

S'ensuit un nouveau medley, qui nous prive de quelques prestations accrocheuses (Stéphanie, Shaima) et nous en épargne d'autres qui le semblaient moins (pas de noms).
Aida, 19 ans, qui était arrivée en groupe et avait été sélectionnée en solo, se présente avec Zombie des Cranberries. Puis vient Guillaume, le Belge qui avait fait tourner la tête de Julie Zenatti. Sans sa guitare, il s'attaque néanmoins à un monument du rock : Jeff Buckley (son Hallelujah est manifestement calqué sur celui du génie).

Verdict. Les trois benjamines, d'une façon attendue, sont retenues et leur joie cause beaucoup d'émotion aux jurés. Une deuxième fournée de quatre permet à Marc Cerrone, au terme d'un laius gonflant et peu intelligible, de servir sa blague désormais copyrightée : "Ca ne va pas être possible... de vous laisser partir". Aurélie, qui finissait de manger ses doigts après avoir achevé ses ongles, est dans le lot. 12 candidats sélectionnés en trois bottes de quatre. Hop, emballez, c'est pesé. Guillaume fait partie de cette dernière série : "Putain, c'était rock'n'roll. Ouah, c'était rock'n'roll", lâche le ténébreux jeune homme, quittant son flegme.


Epilogue : les catégories

Julie Zenatti est aux anges : elle hérite des moins de 25 ans et exulte.
Alain Lanty : les plus de 25. Pas spécialement emballé, il commence déjà à cogiter.
Marc Cerrone : les groupes. "Logique : les jeunes, les vieux, les neutres", énumère-t-il dans l'ordre.
Chacun va désormais devoir déterminer trois candidats parmi ses 12 ou (13) élèves pour la finale. "Vous allez manquer, bande d'enfoirés", se laisse aller l'élégant et charismatique Alain Lanty avant de prendre congé de ses acolytes.

La bande-annonce de la semaine à venir est alléchante : des jurés au bord de la crise de nerfs, des clashes, des éliminations en pagaille...



Soyons clairs : on attendait plus de ce quatrième volet des aventures classées X du télé-crochet, qui n'arrive toujours pas à trouver le juste équilibre entre ellipses et séquences choisies. Le déroulement ne parvient toujours pas à vraiment surprendre le spectateur, avec ses mises en scène pas inintéressantes mais rebattues (la bande-son notamment, qui va du cosy-roots I'm Yours de Jason Mraz au déferlement pop-symphonique du Your song version Moulin Rouge - Ewan McGregor et Alessandro Safina.

Un épisode qui a préféré les ondes positives au pathos, et qui a surtout mis en valeur le trac du... jury, quant à l'attribution des catégories pour la phase de coaching à venir.

Mais aussi, un montage particulièrement habile lors des délibérations, qui construit en effet d'écho ou en simultané les propos partagés des jurés et les images/impressions des aspirants. A propos de ces derniers, on notera qu'il existe des "têtes d'affiche" qui s'accaparent l'espace médiatique (et qui, en majorité, continuent l'aventure - vive la fidélisation feuilletonesque), au détriment de quelques candidats que, bien que finalistes, le public n'a pas encore découverts.

http://www.purepeople.com/article/x-factor-enfin-un-vrai-coup-de-theatre-la-verite-sur-l-avenir-des-jures-et-si-peu-de-larmes_a42295/1

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Placzek
Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 147356
Age : 51
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   Mer 21 Oct 2009 - 0:28

X-Factor épisode 4 : Quelques perles parmi les 36 finalistes


a y est, on passe aux choses sérieuses dans X-Factor. Après les auditions très Nouvelle Star, on devrait commencer à voir quelques différences avec la grande soeur du programme. Et ça se confirme dès que les juges ouvrent la bouche. « J'ai le trac », avoue Alain Lanty. Bah oui, parce que les candidats sélectionnés vont se retrouver dans la catégorie d'un des jurés, qui va devoir les coacher ! D'où la pression ! Mais si Alain est stressé, Julie, elle est « d'humeur joueuse... dommage pour eux ».

Les auditions des trios

Dommage pour Gauthier et Dan, ce duo nonchalant incapable d'accorder sa guitare lors des auditions. Ils tentent l'originalité avec une reprise de "Ghostbusters" plutôt réussie, et le jury aime le décalage. On continue avec le groupe Egregor Vocal, qui n'a toujours pas changé de nom. *Soupir*. Le groupe s'attaque à "La Boîte de jazz" de Michel Jonasz, revue et corrigée à la Pow Wow. Les choeurs sont impeccables, mais le but de l'émission est de trouver un groupe (ou un soliste) capable de vendre des disques, non ? « Qu'on aime ou qu'on n'aime pas ce style de musique », commence Julie Zenatti... « Parce qu'on n'aime pas du tout », l'interrompt Cerrone. Aïe. Pour la vidéo, cliquez ici.

Mais les trois jurés sont impressionnés par leur maîtrise. Ca n'aide pas les White Niggarz, qui les suivent, car la comparaison n'est pas flatteuse : il y a beaucoup de faussetés du côté de la demoiselle, et Cerrone a trouvé leur prestation « sans intérêt ». Le jury propose donc aux trois jeunes gens de repasser et donc de préparer un deuxième titre. Tiens, voilà un nouveau faux drama après le groupe séparé exprès la semaine dernière. *Re-soupir*. Du coup, le groupe reprend "Black or White" de Michael Jackson. Julie et Alain sont convaincus, mais pas Cerrone. Moi non plus. La vidéo, c'est ici.

Les Character Soul impressionnent

En revanche, les Character Soul sont au top. Ce trio féminin se la joue à fond groupe R&B US avec une reprise plutôt réussie de "Don't Let Go (Love)" de En Vogue. Le résultat est une copie conforme de l'original, mais une sacrément bonne copie ! « C'est juste ce qu'il faut », selon Julie, mais ses deux compères sont moins enthousiastes. On continue avec les Paroles d'un soir, qui eux non plus n'ont pas changé de nom depuis la dernière fois. *Troisième soupir*. Le groupe, qui a une bonne tête de What For, s'attaque à un titre qui m'est inconnu, et le résultat est assez banal...

Suivent les Basilic, et MERCI, Alain Lanty trouve lui aussi que ce nom-là, c'est interdit ! Cette fois, le groupe a ré-inventé les Beach Boys, et techniquement, c'est moins réussi que leur première audition. On va dire que c'est la faute du stress... ! Une fois les groupes passés, les jurés sont inquiets. Ils trouvent le niveau « pas haut ». Ah bon ? On n'a pas dû voir les mêmes alors ! Alain Lanty n'a vu que trois ou quatre groupes de bonne qualité. Dommage, il leur faut en sélectionner dix pour l'étape suivante !

Y a autant de sensualité là-dedans que dans un escabeau »

Les délibérations commencent et on a notre dose de dissensions entre les jurés. « Basilic, c'est sensuellement néant », lâche Alain Lanty. « Y a autant de sensualité là-dedans que dans un escabeau ». Une fois les décisions prises, il est l'heure d'annoncer ceux qui sont pris... ou non. C'est bon pour Gauthier et Dan (qui n'ont absolument aucune réaction de bonheur), pour les Character Soul, White Niggarz, Egregor Vocal et aussi pour Basilic (surprise !).

En revanche, les Paroles d'un soir rentreront chez eux... à quatre, ils n'ont pas convaincu le jury. « On a perdu deux amies pour rien », lâche l'une des filles, dégoûtée. En même temps, ils sont mignons, mais les jurés n'avaient aucune obligation de leur dire oui ! Ils n'avaient qu'à livrer une prestation plus convaincante ! Allez, sans transition, on passe aux plus de 25 ans, et on commence en fait avec les "bien plus de 25 ans". La première à passer est l'une des chouchoux du jury, Josiane, qui avait fait pleurer Julie Zenatti. Sa prestation touche moins le jury cette fois, mais c'est plutôt réussi.

Un candidat de 80 ans sélectionné. Vous y croyez ? Non ? Normal !

S'enchaînent plusieurs femmes d'un certain âge, dont Yvonne et entre elles quelques candidats plus jeunes. Alain Lanty se lamentait sur la qualité des groupes, mais les plus de 25 ans sont nettement moins impressionnants. En même temps, ils s'attendaient à quoi en laissant passer Rino, 80 ans, qui a même ramené ses chaussures de claquettes ? Next ! On poursuit avec Fanny, l'ex-top model aussi ex-SDF. Sa voix de fumeuse assez banale avait séduit le jury... mais si elle sortait du lot (et encore) lors des auditions, c'est autre chose à côté des autres. On s'ennuie un peu en fait, non ? Les candidats passent et n'impressionnent pas vraiment, jusqu'à ce que le jury doive délibérer.

Allez, on repart pour un tour. Parmi les candidats qui partent, c'est bye bye Josiane, à la surprise générale. Sébastien, Annie, Alexis, Fanny et même Yvonne, malgré sa prestation très décevante, restent. Et comme on n'a pas eu de drama depuis une heure, le jury rappelle Ibrahima, un candidat qui les avait impressionnés lors des auditions... mais pas lors de cette épreuve. Eliminé, le candidat a finalement une deuxième chance.

Les petits gabarits sont de grands talents

On commence fort avec Aurélie, cette candidate que Julie Zenatti avait fait accroupir pour mieux chanter. Elle est pleine de ressources, la Julie, non ? Mais moins malade, Aurélie est aussi moins convaincante sur Tina Arena. La petite Lisa, 16 ans et 1m20, n'est pas plus impressionnante mais le jury semble avoir apprécié. Bizarre ! On continue dans les petits gabarits avec Anaïs, qui tente le "Sexual Healing" de Marvin Gaye. C'est plutôt sympa, mais la petite est déprimée à la sortie des auditions.

Et puisqu'on est dans le thème petite taille, la jeune Marie, qui avait impressionné dans le premier épisode, passe à son tour. C'est un peu timide au début, et l'anglais est approximatif, mais Marie a du coffre et le prouve. Julie Zenatti, elle, n'a été qu'à moitié emballée, mais on voit mal comment la petite Marie pourrait ne pas faire partie des sélectionnés pour le prochain tour ! Aïda (celle qui avait eu la mauvaise idée d'intégrer un trio en attendant de passer son audition), s'en sort mieux avec "Zombie" des Cranberries, et Guillaume, le Belge qui avait tapé dans l'oeil de Julie, n'est pas mal sur "Hallelujah".

Les jurés découvrent leur catégorie

Les délibérations suivent, et les premières bonnes nouvelles tombent : c'est (évidemment) oui pour Anaïs et Marie, Cyrielle, Guillaume... et même pour Aurélie ! Une fois les annonces faites, les trois jurés découvrent (dans une enveloppe) les catégories dont ils écopent. C'est les moins de 25 ans pour Julie (assez logiquement), les plus de 25 pour Alain et les groupes pour Cerrone. C'est un peu plat tout ça, non ?

Dommage que la prod n'ait pas opté pour le format anglais, où les jurés découvrent leur catégorie dans une salle où les attendent les candidats... et la folie s'ensuit ! Là, on reste un peu sur sa faim, mais la bande-annonce de la semaine prochaine est particulièrement prometteuse. Et là, plus rien à voir avec Nouvelle Star ! A lundi !

A retenir de cet épisode
Pas de grosse surprise du côté des candidats sélectionnés, du moins pas d'artiste éliminé alors qu'il ou elle méritait de rester. En revanche, on reste dubitatif sur certains sélectionnés, mais il ne faut pas oublier que parmi les douze artistes sélectionnés dans chaque catégorie, les deux tiers seront éliminés par chacun des trois jurés.
Parmi les candidats les plus marquants, Marie n'a fait que confirmer tout le bien qu'on pensait d'elle lors de sa première audition. De manière générale, les filles ont beaucoup plus séduit le jury que les garçons.
Je n'ai pas trop compris l'attitude des jurés face aux groupes. Un certain nombre d'entre eux a proposé des prestations très convaincantes, y compris les Character Soul, même si Alain Lanty reste imperméable à leur charme. J'avoue que leur audition ne m'avait pas autant emballé que leur reprise de En Vogue.
Que pensez-vous de la répartition des catégories ? Peut-être un peu trop évident, mais pour une première saison, c'est peut-être mieux que chaque juré soit mis le moins en difficulté possible...

http://www.ozap.com/actu/resume-videos-x-factor-episode-4-groupes-coach/306268

~~~~~~~~~~~~~~~~
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La revue de presse X FACTOR   

Revenir en haut Aller en bas
 
La revue de presse X FACTOR
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse décembre 2010
» Revue de presse Janvier 2011
» Revue de presse Mars 2011
» Revue de presse août 2012
» Revue de presse juin 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum de BOFACADEMY :: Les archives des émissions :: Les saisons de X Factor :: X Factor 2010-
Sauter vers: